Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 19:02
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation
La colonisation

L'Empire français au moment de l'exposition coloniale de 1931, réalités, représentations et contestations

 

 

Introduction.

C'est une métropole à peine sortie de la plus grande guerre (1914-1918) de son Histoire et victime de la plus grave crise économique (1929) des deux derniers siècles qui met en scène l'Empire colonial dans la grande exposition coloniale de 1931.

Dans ce contexte difficile, l'Empire semble un recours.

Ce rêve d'une « plus grande France » s'accompagne d'un triomphe du colonialisme en métropole, alors même que la contestation croissante des colonisés montre que les réalités coloniales en sont, souvent, bien éloignées...

L'histoire du Palais de la Porte Dorée remonte à l'Exposition coloniale  internationale de 1931. Sa vocation première fut d’être un musée des colonies, devant représenter l’histoire de la conquête coloniale et des territoires colonisés.

Inaugurée le 6 mai 1931, l'Exposition coloniale tente de promouvoir une image de la France impériale à l’apogée de sa puissance. Elle prend la forme d’un immense spectacle populaire, véritable ville dans la ville.

Elle fut présentée du mois de mai au mois de novembre 1931, elle accueillit près de 8 millions de visiteurs pour 33 millions de billets vendus.

En quoi l’exposition coloniale de 1931 est-elle révélatrice des réalités et des ambiguïtés de l’empire colonial ?

 

 

 

Partie 1. L'apothéose de la  « plus grande France »

 

1. La république et l’empire colonial

C’est la IIIe république qui a accéléré les conquêtes coloniales: exemples. En 1931, La métropole et son Empire forment ainsi la « plus grande France » de 100 millions d'habitants

La IIIe République est à la fois république et empire. C’est une contradiction absolue sur le plan des principes de la république française: liberté, égalité, fraternité. Comment dès lors justifier l'entreprise coloniale?

Mais la conquête coloniale est aussi une façon pour la République de s’imposer aux Français qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, ne  sont pas nécessairement républicains: il faut prouver au français que la République peut être un régime politique glorieux.

2. Deux contextes favorables à l’exposition coloniale:

1er contexte: la guerre.

La Première Guerre mondiale (1914-1918) a convaincu beaucoup de Français de l'utilité de l'Empire.

  • Les colonies ont fourni à la métropole des soldats (550 000) et des travailleurs (180 000).
  • Le tirailleur sénégalais, mis en avant par les autorités et la presse avide d'exotisme, est devenu une figure familière:
  • 1er exemple: le tirailleur Banania, archétype du bon et brave indigène de l'Empire, qui a donné son sang pour la France
  • 2e exemple: sa sauvagerie naturelle a été « civilisée » et elle s'est retournée contre le « boche »

 

2e contexte: la crise économique

En 1931, l'Empire est à son apogée avec plus de 12 millions de km2 et 60 millions d'habitants. La métropole et son Empire forment ainsi la « plus grande France » de 100 millions d'habitants.

Exercice sur documents.

 

Consigne. Après avoir présenté ces documents et en les confrontant entre eux,  vous analyserez la dimension économique de la colonisation.

 

Document 1. L’almanach du Petit Colon algérien 1893

Document 2.  Le commerce entre la France et son empire colonial

 

Corrigé.

 

P.1. L'empire au service économique de la métropole (doc 2).

 

A. L'empire colonial français est, du point de vue des importations, un partenaire commercial de plus en plus important pour la France de  à la veille de la Seconde Guerre mondiale: .

 

  • Dans l'entre-deux-guerres, la France détient le second empire colonial, avec des possessions dans la plupart des régions du globe. À cette diversité géographique correspond également une diversité des ressources que l’empire peut fournir à la métropole.

 

  • La part de l'empire dans les importations de matières premières n'a cessé d'augmenter: exemples dans le doc 2.

 

  • Cause 1:l'empire colonial est avant tout un réservoir de matières premières à bon marché pour la métropole.

 

  • Cause 2: la crise des années 1930 a exacerbé le protectionnisme et les colonies ne peuvent exporter comme elles le souhaitent. Il s'agit de garantir les approvisionnements de la métropole.  D'où le « privilège colonial », c’est ce qui permet aux Français de préférer les cafés ivoiriens, indochinois et néo-calédoniens au café brésilien, alors même que les cafés de l’empire français sont moins bons que le café brésilien. Le « privilège colonial » c’est en fait la protection douanière qui rend le café brésilien plus cher en métropole que les cafés de l’empire.

 

  • Comment appelle-t-on la politique économique qui vise à limiter ou à contrôler précisément les échanges?

Le protectionnisme s’oppose au libre échange.

C’est une politique économique décidée par un Etat pour protéger son économie nationale.   

 

B. À l'inverse des importations, la métropole est le fournisseur principal et quasi exclusif parfois de biens manufacturés.

 

- Cause: là encore, le protectionnisme joue à plein : il s'agit de garantir des débouchés aux productions métropolitaines.

 

- Cas  des produits coloniaux bruts exportés en France, transformés en produits manufacturés et importés dans les colonies. C'est le cas pour la filière arachide : l'empire représente plus de la moitié des importations de graine oléagineuses et arachides de la France, il représente également près de 90 % des exportations d'huile d'arachide françaises.

 

- Conséquence: l’échange est inégal car vendre des produits bruts rapporte nécessairement moins que l'achat de produits manufacturés. D’ou l’enrichissement des milieux d’affaires de la métropole.

 

 

P.2. L'Algérie est intégrée pleinement dans cet échange inégal avec la métropole (doc 1 et 2).

 

A. Une économie au service de la métropole. Les deux documents sont ici reliés.

 

  • Le document 2 permet de supposer que les produits issus de l’Algérie et visibles dans le doc 1 sont principalement des produits d’exportation destinés à satisfaire les besoins de la métropole et pas fondamentalement les besoins de la population « indigène » largement majoritaire.  Donnez des exemples de la gamme large de ces produits d'exportation.

 

  • But du document 1: montrer une Algérie productrice de richesse

 

B. Une économie fondée sur une européanisation du territoire. Là le doc 1 apporte un élément qui n'apparait pas dans le doc 2.

 

  • Contrairement au document 2, le document 1 apporte une vision idéologique de l'économie coloniale avec une Algérie idéalisée. Exemples.

 

  •  Le modèle européen comme modèle de civilisation: son application en Algérie est illustré par plusieurs détails: technologie, mode de vie, religion.

 

  • L’acculturation est vue comme signe de reconnaissance de la supériorité de l’Européen

 

  • La banalisation de la domination de l'Européens sur l'Arabe: la position des deux personnages semble naturelle.

 

 

Partie 2. L’exposition internationale de Vincennes: triomphe et oppositions.

 

 

QUESTION: à partir des exemples présentés, vous montrerez:

  • Comment l’exposition a-t-elle été organisée?
  •  Quelles sont les images de l’empire que l’exposition était censée représenter aux Français?
  • Quels sont les objectifs recherchés par les organisateurs?
  • Comment les Français ont-ils réagi? 

 

L'exercice est basé ici sur la prise de note faite en classe et sur l'analyse des documents présentés en images (ci-dessus) et sur photocopie distribuée en cours.

 

Informations complémentaires:

 

  • Le Commissaire général de l’exposition, le maréchal Lyautey, n'avait affecté que cinq millions de francs pour ce qu’on appelait à l’époque « la propagande intérieure ».

Le groupe de parlementaires pro-coloniaux de la Chambre des députés obtint par la loi du 18 mars 1931 un crédit supplémentaire de douze millions.

La presse, les cartes postales, les périodiques, illustrés ou non, les brochures, les livres, des chansons furent utilisés pour l’Exposition : de multiples affiches furent placardées dans tout Paris et en province. 200 congrès furent organisés au cours de l’exposition pour parler de l’empire. On organisera même des cours de langues indigènes.

 

 

 

  • L’Exposition coloniale est aussi l’occasion pour les anticolonialistes de se manifester : à l’initiative d’Aragon et du groupe des surréalistes, proches du PCF, des tracts hostiles à la manifestation sont distribués et une « contre-exposition », intitulée La Vérité sur les colonies est organisée. Mais le petit nombre de visiteurs (5000 en 6 mois) témoigne du caractère alors minoritaire de l’anticolonialisme.

Au cours des années 1930, qui représentent le sommet de la culture coloniale, cette volonté d’impérialisme faisait l’unanimité politique entre les partis de la droite et de la gauche française.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens