Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 17:42
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE
L'Eglise au Moyen-âge SECONDE

La chrétienté médiévale du XIe au XIIIe siècle

 

INTRODUCTION.

 

L’Europe médiévale est avant tout une réalité sociale et culturelle qu’on appelle la chrétienté: elle est constituée par une communauté de fidèles croyant en Jésus-Christ aussi appelée l’Église avec un « É » majuscule.  Les chrétiens qui sont au service de l’Église forment le clergé, les autres sont de simples laïcs (c’est-à-dire qu’ils ne font pas partie du clergé).

La chrétienté est peuplée de catholiques à l’Ouest et au Nord, d’orthodoxes à l’Est.

Les chrétiens catholiques gagnent des territoires dans le Sud de l’Europe (Espagne, Italie, Sicile) ainsi que dans le Nord et en Orient.
C’est par les armes (croisade, Reconquista) et par la conversion (évangélisation) que de nouveaux territoires sont christianisés.

Par ailleurs, il est conseillé aux croyants de partir en pèlerinage c’est-à-dire d’effectuer un voyage vers un lieu tenu pour sacré par la religion (ex : Rome, Jérusalem).

 

Problématiques.

  • Quelle place occupe la religion chrétienne en Occident du XIème au XIIIème siècle ?
  • Comment l’Eglise encadre-t-elle les sociétés humaines ?
  • Quelles sont les croyances du chrétien ?

 

 

Partie 1. L'Occident christianisé.

 

A. L'église au coeur des sociétés.

L’église occupe une position centrale.

 

1. A échelle du village.

Le village s’organise autour d’elle. Elle joue un rôle important dans la vie quotidienne : elle marquait le temps des hommes par le son des cloches (travaux des champs), servait de lieu de rassemblement pour régler des problèmes d’ordre politique, attirait les pèlerins. Les activités économiques avaient lieu autour de cet édifice. Le cimetière est auprès de l'église et non pas placé à l'écart des villages. Toutes les étapes de la vie de tous les habitants de la paroisse (naissances, mariage, décès) devaient être enregistrées à l'église.

 

L’église  était donc au cœur de la vie sociale du village.

 

2. A l'échelle de la plus grande ville du royaume de France: Paris.

 

Paris à la fin du Moyen-âge compte 200 000 habitants dont aucun d’entre eux ne vit très loin d’une église. Il y en a une centaine à Paris ayant chacune un territoire à contrôler: une paroisse.

 

L'Ile de la Cité est divisée en 3 espaces: le pôle politique (palais du roi), le pôle religieux (la cathédrale) et un espace intermédiaire de vie et d'activités quadrillé par de nombreuses églises et bâtiments religieux (en rouge sur la carte)

 

La Sainte chapelle a été a été édifiée au XIIIe siècle sur l’île de la Cité, à Paris, à la demande de Saint Louis afin d’abriter la Couronne d’Épines, un morceau de la Vraie Croix, ainsi que diverses autres reliques de la Passion qu’il avait acquises. Le roi l'a fait édifier près de son palais et non vers la cathédrale comme pour attirer à lui un prestige religieux. Entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux existe une rivalité.

 

L'Hôtel Dieu.

L’Eglise a des revenus importants. Elle possède des seigneuries dans lesquelles elle fait payer des redevances aux paysans. Elle prélève un impôt chrétien : la dîme. Elle reçoit aussi des dons de la part des fidèles.

L’Eglise utilise ses richesses pour aider les pauvres et les malades

Ces derniers sont accueillis dans des hôpitaux et sont nourris et soignés grâce aux dons.

 

La cathédrale Notre Dame.

Une cathédrale est une église où se trouve un évêque qui est le supérieur hiérarchique des prêtres des différentes églises de la ville de Paris.

La construction de Notre Dame de Paris commença en 1163 et se termina en 1345

Elle est entourée de maisons en bois: auberge, boutiques, artisans,  et son parvis est un lieu intense d’activité: il accueillait fêtes et marchés

 

Exercice

L’île de la Cité à Paris au Moyen-âge

 

  1.  Montrez sur quoi repose la puissance de l’Eglise dans l’Ile de la Cité à Paris au Moyen-âge.
  2.  Montrez une limite relative à cette puissance de l’Eglise
  3. Schématisez l’île de la Cité, les rives de la Seine. Imaginez les moyens de représenter simplement ce qui fait la puissance de l’Eglise et ce qui la limite. Soignez ce schéma

 

1. Montrez sur quoi repose la puissance de l’Eglise dans l’Ile de la Cité à Paris au Moyen-âge.

 

  • Le territoire de l’Ile de la Cité est divisé en paroisses. Dans chacune d’entre elles, il y a une église et un prêtre: il y a donc une très grande proximité entre les habitants et l’église.
  • le prêtre instruit religieusement les gens de sa paroisse et contrôle leur moralité: exemple de la surveillance des tavernes et des fêtes
  • Entre l’Eglise et la population, s’installe une relation de don / contre-don. L’Eglise rend service à la population sur le plan de la santé:: rôle de l’Hôtel Dieu. En échange, les habitants font des dons et payent la dîme.
  • La cathédrale de Notre dame est le symbole architectural de la puissance de l’Eglise. Elle résulte d’un effort de construction de plusieurs siècles
  • L’église est au centre de la vie des habitants de la paroisse: exemples
  • Tous les prêtres dépendent d’un supérieur hiérarchique: l’évêque installé dans la cathédrale Notre Dame. L’organisation de l’Eglise est donc centralisée dans l’Ile de la Cité
  • Le sacre place le roi au service de l’Eglise: argumentez

Construisez un plan qui permet de classer ces différentes idées. Le titre de chaque partie doit être une réponse à la question. Donc éviter les titres vagues.

B. Un monde encadré par l'Eglise

 

1. Une organisation du pouvoir religieux pyramidale.

 

  • Le pape est le chef de l'Église, il contrôle le clergé.
  • Le clergé séculier vit dans la société, il encadre la pratique religieuse : sacrements, processions, pèlerinages, messes, prières.
  • Le clergé régulier vit séparé du monde (monastère ou abbaye) et obéit à des règles de vie strictes.

 

 

2. Deux exemples montrant que l'Eglise a un pouvoir très important.

 

 

1er exemple. Les livres, c'est-à-dire le savoir, sont aux mains de l'Église

 

Après l'effondrement de l'empire romain, la culture occidentale se réfugie dans les monastères où se développent des ateliers de reproduction des manuscrits antiques

 

Dans les manuscrits, les moines recopient à la main et illustrent surtout des textes religieux mais aussi des textes de l’Antiquité. Ce sont des moines-copistes et des enlumineurs qui font ce travail.

 

2e exemple: le sacre royal.

 

Le sacre est une cérémonie religieuse qui confère au futur roi la confirmation de son pouvoir par dieu représenté par l’archevêque de Reims. Il dote le roi d'un pouvoir surnaturel (celui de guérir) et renforce donc le pouvoir politique du roi.

 

 

 

 

 

Partie 2. Des entreprises gigantesques au nom de la foi.

 

Etude d’un patrimoine religieux:

 

L’Eglise abbatiale de Sainte Foy De Conques

 

A. Une abbaye sur le chemin de Compostelle

 

Le pèlerinage de Compostelle est, après celui de Rome et de Jérusalem le plus important de la chrétienté médiévale car il abrite le tombeau d’un apôtre : Jacques. Il est situé en Espagne. Pour passer à Conques, le pèlerin empruntait l’une des quatre routes qui menait à Compostelle : celle du Puy en Velay. Conques était donc une étape du pèlerinage.

Second atout de l'abbaye de Conques. On s’y arrêtait pour honorer les reliques d’une chrétienne martyrisée: sainte Foix.


  • Les chrétiens sont facilement prêts à croire aux miracles: la relique est, pour eux, dotée d’un pouvoir surnaturel. La voir et s’approcher d’elle est donc vital. 
  • Mais les moines de Conques, eux, sont très pratiques: ils font tout pour assurer le succès de l’abbaye comme si c'était une entreprise: vol de la relique de sainte Foix, publication d’un guide publicitaire (le livre de Bernard d’Anger) pour guider le pèlerin instruit.
  • Résultat: les pèlerins arriveront nombreux à Conques et effectueront des dons en espérant le miracle. Le monastère de Conques acquiert par donation un vaste domaine foncier qui s’étend dans toute l’Europe (Angleterre, Piémont, Catalogne…)

 

Les clercs qui officient à Sainte Foy font partie du clergé régulier : ils respectent la règle de Saint Benoît et vivent retirés dans un monastère sous la conduite d’un abbé.

 

B.  Une architecture au service de la foi

L'église de Sainte Foy a été construite dans la seconde moitié du XI° siècle. C’est une église de style roman reconnaissable par une forme extérieure massive, une hauteur limitée, la forme arrondie des ouvertures (partie supérieure en demi-cercle), des clochers polygonaux et carrés.

La forme générale de l’église est celle de la croix, en référence au martyre du Christ. Elle est orientée vers  le soleil levant (l’Est), en direction du Saint Sépulcre (tombeau du Christ) situé à Jérusalem. C'est aussi de l'est que viendra le signe de la fin des temps.

Cette architecture romane est conditionnée par la volonté de construire les plafonds en voûte en arc ou en berceau (en forme de U renversé). D'où des contraintes difficiles à gérer:

  1. La voûte en berceau exerce une forte poussée oblique tout au long des murs sur lesquels elle repose, et tend à les écarter violemment.
  2. Les constructeurs s'appliquent donc à construire des murs très résistants, en les faisant les plus épais possibles et en y ajoutant des contreforts. Ils sont limités par la hauteur de l'édifice.
  3. Les fenêtres ne peuvent être qu’étroites et la lumière n'inonde pas l'édifice.

 

C.  Le tympan de Conques, un livre d'images

 

Le tympan de Conques est une réponse en image aux interrogations des fidèles illettrés. Il s’appuie sur l’Evangile de Saint Matthieu. Large de 6, 73 mètres et haut de 3,63 mètres, il compte 124 personnages.

Cette représentation du Jugement dernier oppose deux mondes : le Paradis, ordonné, calme où règnent « le repos et la paix» et l’Enfer, un monde chaotique, où tout est renversé, où la souffrance et l’horreur sont perpétuelles.

Il s’agissait en effet pour l’Église de montrer à tous l’enjeu que représentait le salut de son âme. Pour les gens du peuple, qui ne savaient pas lire et qui ne comprenaient pas le latin (langue de la messe) cette sculpture enseignait clairement et en images le pouvoir du Christ sur les âmes

La puissance des images et surtout les visions effrayantes de l’Enfer visaient à renforcer la croyance ou le respect des pratiques religieuses instituées par l’Église catholique afin de s’éviter de telles souffrances.

C’est une « Bible illustrée », en couleurs et en relief, qui pouvait être comprise par chaque personne entrant dans l’église.

 

Partie 3.  Une chrétienté conquérante et répressive

 

Exemple d’une croisade en Europe: la croisade contre les Cathares

 

  1. Pendant la première moitié du XIIIe siècle, la région de Toulouse connait une  guerre menée par le pape contre ceux qu'il désigne comme hérétiques aujourd'hui connus sous le nom de cathares.
  2.  Hérésie: c’est une doctrine contraire à une religion et à ses dogmes c’est-à-dire à ses règles fondamentales.

 

1. La doctrine des cathares récuse le message de l’Eglise

 

  1. Leur croyance est basée sur l'idée d’une opposition entre deux monde créés, l’un, matériel, est un piège diabolique et l’autre, immatériel, est la réalité divine:  l'âme, émanation de Dieu, est prisonnière d'un monde et d'un corps «diabolique».
  2.  Pour les cathares, les hommes sont des âmes que le diable a emprisonnées dans un corps.
  3. Pendant la durée de sa vie terrestre, considérée comme une épreuve, l’homme doit s'efforcer de résister aux besoins du corps. D’où une vie austère (exemples de privations: )
  4.  Ceux qui parviennent à purifier leur âme se reposent à jamais dans le Bien après la mort. Les autres doivent se réincarner indéfiniment. Pour les cathares, la mort n'était pas redoutée car elle pouvait signifier la délivrance.
  5. Leurs règles de vie, très strictes: les cathares pratiquent : - l’ascèse (vie rude et austère, où l'on se prive des plaisirs matériels pour tendre vers la perfection)- l’abstinence de nourriture carnée (puisqu’il y a interdiction de tuer
  6. Les cathares rejettent le culte des reliques (reste du corps d’un saint, d’un personnage sacré, ou objet leur ayant appartenu, et qui fait l'objet d'un culte) et des Saints
  7. Enfin, ils ne reconnaissent pas les églises comme des lieux de culte.
  8. Ils reprochent aussi à l’Eglise catholique sa richesse.

 

 

2. Le pape  décide de lutter contre l’hérésie cathare au début du XIIIe siècle

 

Le pape utilisera trois moyens:

 

- 1er moyen: la prédication c'est-à-dire l'art de convaincre les cathares qu'ils se trompent. Mais sans résultat

 

- 2e moyen: la croisade au début du XIIIe

  1. Les croisades sont des expéditions militaires décidée par la papauté. L’appel du pape passe au-dessus des rois et va directement atteindre les chevaliers et le peuple.
  2. Les croisés s’engagent par un vœu irréversible dont le symbole est une croix de tissu cousue sur la poitrine ou l’épaule
  3. Les croisés bénéficient d’un statut particulier octroyé par le pape: le pape leur accorde des indulgences  qui assurent le pardon des péchés et garantissent le paradis en cas de mort au combat. Il leur offre aussi le droit de s'emparer des richesses des cathares.
  4. L’Eglise distingue ainsi les guerres injustes (entre chrétiens) et la guerre sainte et juste (contre les non chrétiens ou les hérétiques qui brisent l’ordre chrétien et social)

 

- 3e moyen: le tribunal de l'Inquisition

Le tribunal de l’Inquisition

La procédure est très expéditive: le tribunal annonce son arrivée dans la ville et interpelle sur dénonciation. Il suffit qu'un témoin ait vaguement vu ou entendu, on arrête immédiatement l'accusé qui n'a pas le droit d'être assisté d'un avocat. On recourt à la torture pour les aveux, ingestion d'eau, pieds brûlés, torsion des membres. A la fin du procès, la sentence est rendue et le condamné est très souvent enfermé à perpétuité. On exhume également des cadavres de suspect pour les brûler. Le tribunal est simplement composé d'un prêtre et de deux laïcs.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens